Start-up : la levée de fonds par étape

Année après année, les start-up françaises alignent les records en matière de capital acquis par levée de fonds. Les valeurs totales atteignent ainsi plusieurs dizaines de milliards d’euros. Si vos chances de profiter de cette opportunité sont réelles, sachez que le taux d’échec reste élevé. Grâce à 6 étapes clés, définies à partir de l’expérience de start-up à succès, découvrez comment lever des fonds avec efficacité et attirer les meilleurs investisseurs dans votre start-up.

1 – Réflexion stratégique et business plan

Une levée de fonds réussie ne laisse aucune place à l’improvisation. Il s’agit d’une démarche calculée qui doit vous amener, en premier lieu, à réfléchir à trois aspects :

– la réalité de votre besoin en financement extérieur ;

– la pertinence de la technique de la levée de fonds ;

– et surtout, l’estimation du montant à lever.

De manière générale, l’opération doit viser la réalisation d’objectifs de croissance ambitieux basée sur un projet innovant ou le lancement d’un projet à fort potentiel, mais qui semble incompatible avec les critères des produits bancaires classiques. Dans la même logique, vous ne devez chercher à lever que ce qui est strictement nécessaire à l’atteinte de ces objectifs. Votre business plan, et notamment le prévisionnel financier, vous guidera dans cette réflexion. Sa rédaction figure parmi les préalables avant de lever des fonds pour start up. Pensez à intégrer le délai requis pour boucler une levée de fonds dans votre planning (environ 9 mois).

Découvrez comment rédiger un bon Business plan

Pour déterminer si la technique en vaut la peine, essayez d’estimer si les concessions que les investisseurs initiaux auront à faire en termes de dilution de parts, de dividendes et de pouvoir de décision, au profit des nouveaux investisseurs, sont compensées par le développement potentiel que le fonds va apporter au projet.

2 – Identification des investisseurs adéquats

Votre position de demandeur de financement ne doit pas vous pousser à laisser entrer « n’importe qui » dans votre start up. La deuxième étape d’une levée de fonds consiste ainsi à cibler des investisseurs avec qui vous êtes disposés à céder une partie de votre entreprise.

Le marché compte plusieurs profils, dont :

– Les business Angel, ou investisseurs providentiels, qui sont des particuliers à la recherche de jeunes entreprises innovantes à appuyer financièrement et par partage d’expériences ;

– Des investisseurs en capital-risque spécialisés dans les prises de participation minoritaire, souvent temporaire, dans de récentes entreprises à fort potentiel de croissance ;

– Les investisseurs en capital-amorçage qui financent les dépenses des start-up avant leurs premiers chiffres d’affaires réels ;

– Des investisseurs en capital-développement qui préfèrent financer l’accélération de la croissance de start-up déjà matures.

Renseignez-vous et sélectionnez ceux qui partagent une vision, des valeurs et un mode de fonctionnements similaires à ceux de votre entreprise. D’autres critères, comme la qualité du réseau ou un savoir-faire particulier à forte valeur ajoutée, méritent également l’attention.

Après ce premier tri aux dimensions « émotionnelles », laissez émerger votre côté pragmatique. En équilibrant réalisme et ambition, visez ainsi uniquement les fonds susceptibles d’être intéressés par votre projet. Autrement, vous risquez de perdre du temps à tenter d’attirer des capitaux perdus d’avance. Votre projet de start-up remplit-il les critères connus du fonds envisagé ? Le fonds ciblé est-il déjà engagé dans des projets semblables ? Peut-il se permettre d’autres investissements ?

3 – Approche et vente du projet

Cette étape inaugure l’action proprement dite dans une démarche pour financer son projet d’entreprise. À partir de là, vous aurez à enchaîner les réunions et les présentations pour soutenir votre projet et convaincre les fonds de passer à l’étape suivante. Muni de votre business plan, de l’executive summary et affuté pour un pitch, sollicitez un premier rendez-vous avec le représentant des fonds ciblés. Vous rencontrez habituellement un chargé d’investissement. Ce premier rendez-vous s’avère essentiel dans la mesure où votre interlocuteur, s’il est convaincu par votre projet, deviendra votre porte-parole auprès des investisseurs ou des décideurs du fonds.

Vos principaux atouts durant ces premiers rendez-vous sont notamment :

– la maîtrise des documents de votre projet ;

– la clarté et la concision ;

– les chiffres ;

– l’enthousiasme ;

– votre capacité à mettre en lumière vos avantages concurrentiels et le ROI.

Suivent généralement plusieurs autres rendez-vous pour vous permettre de vider les interrogations et préoccupations restantes des investisseurs. La clé, à ce stade, c’est la réactivité et la disponibilité. Un pitch final devant les décideurs, qui va à l’essentiel de manière incitative et captivante, clôture l’étape de la vente de votre projet de levée de fonds.

Si vous ressentez le besoin de vous faire accompagner, des plateformes en ligne, comme Eldorado, Equiteasy ou Seedlegals, proposent des prestations allant de la mise en relation avec les investisseurs pertinents, après études de votre projet, à un accompagnement étape par étapes, sans oublier la mise à disposition de modèles de documents et autres ressources.

4 – Lettre d’intention et Due diligence

Vous êtes donc parvenu à convaincre des fonds à investir dans votre projet de start-up. Les investisseurs intéressés vont alors vous transmettre des lettres d’intention. Ces documents contiennent, entre autres :

– la confirmation de l’intérêt à investir ;

– le montant envisagé ;

– les contreparties dans l’organisation de la start-up ;

– d’autres conditions jugées essentielles par l’investisseur pour la finalisation de l’opération.

Avant de passer aux négociations en vue d’un accord définitif, ces investisseurs vont toutefois commanditer un audit complet du projet ou de la start-up : il s’agit de la due diligence. Les investigations concerneront le marché, les analyses financières ou encore les aspects techniques et juridiques. Les experts, choisis et rémunérés par les investisseurs, vont établir un état des lieux destiné à sécuriser l’investissement sur la base d’une évaluation des risques.

Même si ces opérations relèvent de la responsabilité des investisseurs, il vous appartient de rester à l’écoute et d’être disponible pour faciliter les enquêtes et prouver votre bonne volonté.

5 – Négociations

Sur la base des informations et données récoltées durant les phases précédentes, dont la due diligence, les investisseurs vont entamer les négociations de l’accord définitif. Ne faites pas l’erreur de considérer cette étape comme une simple formalité. La recherche de compromis entre, d’un côté, la sécurité des investissements, le ROI, l’entrée des investisseurs dans l’organisation de la start up ainsi que les conditions de sortie, et de l’autre, les intérêts des fondateurs, peut s’étaler sur plusieurs semaines.

C’est durant cette étape qu’interviennent également les négociations sur la valorisation de l’entreprise ou du projet. Cette valorisation déterminera, en relation avec le montant des fonds apportés, les parts sociales à concéder aux investisseurs. Elle se base sur des méthodes de calcul qui recevront, comme vous l’imaginez, des applications divergentes par les investisseurs et par votre start-up. Sur cet aspect, l’appui d’un spécialiste externe peut ainsi s’avérer utile.

Le P’tit conseil Media Entreprendre : Lorsque les négociations aboutissent, la dernière étape d’une levée de fonds pour une start up consiste à finaliser toutes les conditions d’un point de vue juridique. Vos collaborateurs, assistés éventuellement par un juriste, auront à boucler des tâches incluant :

– la modification des statuts de l’entreprise et le vote de la levée de fonds par tous les actionnaires ;

– la rédaction, suivie de la signature, du pacte d’actionnaires et des documents connexes ;

– la préparation et la réception proprement dite des fonds levés ;

Le closing bouclé, vous pouvez désormais vous reconcentrer sur votre cœur de métier avec de nouvelles perspectives et la fierté de contribuer à réaffirmer la renommée des start-up françaises.

Partager :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.